L’îlot des Combes grandit, chaque jour, grâce à l’aide de milliers de bénévoles et donateurs. Un grand merci à tous !

Mais nous ne nous arrêtons pas là. Chaque jour, nous faisons notre part pour permettre à chacun de nos enfants et aux générations futures de vivre dans un monde en paix et au sein d’une nature préservée.

Parmi les actions essentielles : semer, planter. Planter des arbres, arbustes, vivaces, et annuelles.

Pourquoi semer et planter ?

La forêt nourricière est un formidable écosystème qui permet de :

– développer la biodiversité,
– enrichir les sols,
– embellir les paysages,
– nourrir les Hommes et les animaux,
– favoriser la pollinisation et donc la préservation des abeilles

Sur un terrain de 4000m² nous appartenant, nous souhaitons aménager une forêt nourricière. Plantons ensemble pour les générations qui nous succéderont !

Qu’est ce qu’une forêt nourricière ?

La forêt comestible est un écosystème très productif : organisée suivant un modèle de superposition de couches verticales de végétaux de différentes tailles, elle constitue en soi un oasis de biodiversité en accueillant une majorité d’espèces comestibles.

Comme le montre notre schéma, il s’agit d’imiter la forêt naturelle en associant différentes strates de végétaux et d’animaux.

20120218_093834

Sur le sol est d’abord planté un étage de plantes vivaces (plantes aromatiques, médicinales, légumes perpétuels, …), de légumes, voire de céréales. Entre ces plantes sont installés des couvres sols (fraisiers, trèfle, …)

On trouve au-dessus des buissons, des haies et des arbustes fruitiers. Framboisiers, groseilliers, vignes, baie de Goji, néfliers, saule marsault, cornouiller argousier, amélanchier, …

La couche supérieure est constituée d’arbres fruitiers : cerisiers, pommiers, pruniers, poiriers, figuiers, pêchers, noisetiers. Mais aussi des arbres qui enrichissent la terre comme l’indigotier ou le pois de Sibérie.

Puis enfin la canopée, la couche d’arbres la plus haute, dont le rôle constitue à remonter des nutriments pour ses congénères du sous-sol, fixer l’azote atmosphérique de l’air, produire des noix, du bois de chauffe, etc. Il s’agit des chênes, noyers, châtaigniers.

Les autres couches qui composent cette forêt nourricière sont les racines, tubercules comme les carottes, les topinambours, les plantes grimpantes (vignes, lianes telles que les kiwis), et enfin les plantes rampantes.

Le projet intègre également des moutons indispensables pour l’entretien, des ruches supplémentaires afin de pouvoir vendre notre production de miel bio (et vous en offrir 😉 ), des rampes et un accès aux personnes âgées et personnes porteuses de handicap, un abri et une clôture pour les moutons.

Grâce au financement nous pourrons :

Planter des arbres, arbustes et vivaces :

5 Châtaigniers (2 marron de Lyon, 2 bouche rouge, combalie)
3 Noyers (1 mayette, 1 parisienne, 1 franquette)
10 Pruniers (2 prune patrigonne, 2 des béjonnieres, 2 madeleine d’été, 2 reine claude dorée, 2 mirabelle de Nancy)
6 Pommiers (Winter banana, rose de Bohême, calville rouge, grand alexandre, 2 reinette baumann)
6 Poiriers (Général Leclerc, beurré hardy, beurrée clergeau, 2 bon chrétien, Alexandrine Douillard)

24 pieds de vignes (Fernand, fraise, chasselas rose, chasselas blanc, muscat de Hambourg)

100 mètres de haie sauvage (Framboisiers, noisetiers, amélanchiers, néfliers, cornouillers sanguins, rosiers rugosas, arbousiers, argousiers, eleagnus, érables champêtres, saules marsaults, merisiers, tilleuls, châtaigniers)

100 arbustes divers (baies de gogi, pois de Sibérie, indigotiers, baguenaudiers, goumis du Japon, coronilles, caseilles, groseilliers à maquereau, …)

200 plantes vivaces et couvre-sols (Romarin, thym, lavande, artichauts, hysopes, cardons, chénopodes, fenouil vivace, fraisiers, …)

Offrir un toit pour les abeilles et insectes

Réaliser des rampes d’accès pour permettre la visite à des personnes ayant des difficultés à marcher.

Intégrer des races anciennes de moutons et construire la bergerie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.